RSS

Mix-IT 2012

28 Avr

Le 26 avril, c’était Mix-IT à Lyon !

Mix-IT, c’est une conférence autour de l’agilité, de l’écosystème Java et des innovations IT, Web ou mobile. Cette conférence est organisée par des passionnés : l’équipe de Lyon JUG (Java User Group) et celle du CARA (Club Agile Rhône Alpes).

Ayant eu des retours très positifs, par mes collègues, de la 1ère édition de Mix-IT, je me suis donc décidé à assister à cet évènement. Et j’ai bien fait ! 🙂 Voici donc mon compte-rendu de cette superbe journée :

D’abord trouver l’endroit. Cette année, c’est organisé dans les locaux de Supinfo. Pas de problème pour s’y rendre : c’est très bien fléché à partir de la station de Métro ! Sur place, après le petit-déjeuner, je retrouve quelques collègues (actuels et et anciens) et on s’installe pour l’ouverture de la journée.

Keynotes d’ouvertures

Ça commence par 2 keynotes :

1ère keynote : présentation de Chrome pour Android (BETA) par Martin Gömer (de chez Google France)… Pas mal, mais un peu trop pro-Google pour moi…

2ème keynote : speech par Claire Blondel, qui se présente elle-même comme une « alien » (c-à-d pas du tout dans le monde de l’informatique et des technos java). Elle nous fait une superbe leçon de vie : Arrêtons d’interdire de se tromper ! Donnons le droit à l’erreur ! Speech brillamment illustré avec son expérience personnelle (notamment avec l’éducation de ses 2 filles) : émouvant et très enrichissant ! (d’un point de vue pro et perso, surtout quand on est aussi parent de 3 garçons…)

Ensuite, les sessions. Elles sont réparties sur 5 salles et sont découpées en 5 catégories : agilité, technologies Java, tendances novatrices, jeux agiles et technologies Web. Ce qui permet à chacun de faire son choix pour les 6 tranches horaires de la journée.

Voici les sessions auxquelles j’ai assisté :

Play2.0

par Julien Richard-Foy

Pour ma 1ère session, j’ai choisi d’assister à une présentation de Play 2.0. Je précise que je connaissais pas du tout Play (à part de nom). Cette présentation m’a donc permis de découvrir ce Framework web, centré sur HTTP, avec une architecture scalable. La présentation s’est correctement articulée entre slides et démo. Au début, j’étais peu convaincu par la présentation des templates (vues écrites en HTML avec scala). Je les trouve assez similaire aux JSP, avec un avantage quand même sur le fait que les templates sont fortement typées. J’ai été plus convaincu par la compilation à la volée et par l’affichage en cas d’erreur du code source dans le navigateur (avec la ligne concernée surlignée et l’erreur expliquée). La gestions des routes (mapping entre url et actions) est elle aussi très bien pensée (et sont surtout compilées). Enfin, j’ai été vraiment surpris par le mécanisme de communication asynchrone (Iteratee / Enumerator IO) qui s’appuie sur l’inversion de contrôle, permettant ainsi des flux de données non bloquants et d’optimiser la consommation de ressources.

Hibernate Search : dans ta face(ting)

par Emmanuel Bernard

Hibernate Search permet une recherche full text basé sur Lucene. Emmanuel Bernard nous a présenté rapidement la simplicité d’indexation (il suffit d’annoter les classes et les attributs à indexer). Une démo nous a permit d’observer la puissance fournie par cette librairie : priorisation des résultats, faceting (découpage des résultats en catégories dynamiques pour affiner la recherche), scalabilité des requêtes (suivant la persistance  de l’index choisi), requêtes spatiales (géolocalisation = affichage des résultats dans un rayon de x km )… Bref, une très bonne présentation qui montre les possibilités et la puissante d’Hibernate Search et surtout la simplicité de mise en oeuvre. A essayer et à intégrer de tout urgence !

Manipulation de bytecode : démocratisons la magie

par Julien Ponge & Frédéric Le Mouël

Après la pause déjeuner, en route pour la magie noire : la manipulation de bytecode. Présentation très didactique avec alternance de slides et démonstrations efficaces. Dans un premier temps, une explication des bases du bytecode Java et de la JVM. Suivi un exemple de génération de bytecode Java directement avec ASM. L’instrumentation de la JVM a été montrée avec l’utilisation de javaagent, avec ASM (bas niveau) puis AspectJ (plus haut niveau). Enfin injection dynamique de règles à chaud avec ByteMan. On termine avec une présentation de JooFlux, projet de recherche, qui permet de changer à chaud les appels de méthodes (utilisant invokeDynamic à partir de Java 7). J’ai apprécié cette présentation spectaculaire avec des démos bien ficelées et des speakers ayant réussi leur pari : démocratiser la manipulation de bytecode !

Kanban pour les nuls !

par Dimitri Baeli et Guillaume Lours

Une session sur la méthode agile Kanban. Cette session est pour moi l’occasion de découvrir cette méthode. La présentation est très bien menée entre les deux speakers qui se complètent naturellement. C’est vraiment une description en partant de zéro (idéal pour moi). J’en retiens que la méthode Kanban est une conduite du changement basée sur les processus, rôles et responsabilités déjà existants dans l’entreprise. Elle implique aussi de s’engager à changer de manière incrémentale. Elle se base sur 5 pratiques fondamentales (visualiser, limiter l’encours, définir des règles explicites, mesurer & piloter, améliorer collectivement). J’aime beaucoup le principe de flux tiré : Seul le travail fini compte ! Il faut « commencer à finir et finir de commencer ». L’intérêt étant de livrer très vite. Bref, une bonne présentation très enrichissante pour moi.

Selenium WebDriver, TestNG et Selenium Grid

par Mathilde Lemee

Suivant l’avis de certains de mes collègues, je me décide à aller voir cette présentation. Bien m’en a pris, car j’avais de gros à priori sur Selenium, qui se sont bien sûr envolés rapidement. Cette session commence par une démo montrant l’écriture d’un test JUnit pour manipuler le browser avec Selenium en Java ! Grosse claque, je ne pensais pas que c’était aussi simple… La démonstration est bluffante, on voit le navigateur s’ouvrir et les pages se remplir toutes seules ! Inconvénient majeur : la lenteur d’exécution (~10s le test). La solution est de paralléliser l’exécution des tests en utilisant TestNG (framework de test unitaire qui pallie à certains manques de JUnit). Ensuite, la solution SeleniumGrid est présentée : elle permet de lancer des tests sur des noeuds distants (sur des VMs différentes) avec des navigateurs différents (IE6, firefox, Chrome…). Là encore, grosse claque : la mise en place est hyper simple (un jar à lancer sur chacune des VMs) ! Une démonstration est faite sur le cloud avec Amazon EC2. Enfin, la présentation se termine sur une revue des bonnes pratiques et des design patterns recommandés pour la mise en place de tests automatisés avec Selenium. Très utiles. Bref, une session enrichissante et j’ai bien l’intention de faire l’essai sur quelques tests avec Selenium.

Anatomie d’une mission agile, saison 2

par Pablo Pernot

Dernière session de la journée (snif !), elle concerne le retour d’expérience d’un coach agile. La présentation est menée comme un histoire d’un film (les diapos contenaient chacune une photo tirée d’un film) : le coach plante le décor : gros éditeur logiciel dans le domaine de la bourse (800 pers), les débuts avec une petite équipe (8 pers), les risques, les succès, l’élargissement au département, puis à (presque) toute l’entreprise. Ce qui a marché, ce qui n’a pas marché, ce qui ne marche toujours pas… Il ressort de ce retour d’expérience des informations très intéressantes : La mise en place de l’agilité a plus de chance de réussir si elle est décidée par le top management. Il faut avoir une vraie vision de la société à long terme. « Ne pas faire de l’agile, être agile ». Pour motiver les gens, il faut que le cadre soit de qualité (transparence, valeurs…).

Keynote finale

La journée se finit avec la keynote finale par Pamela Fox. La salle principale est comble, car tous les participants veulent y assister en direct ! (elle est aussi retransmise dans les autres salles). Pamela Fox nous pose une question : Why are we here ? Réponse : We love programming ! Une estimation indique que nous serions 30 millions de développeurs dans le monde. Beaucoup, mais peu comparé aux 7 milliards d’individus. Et d’enchaîner sur les bienfaits du développement informatique dans différents domaines (finance, recherche, science, art, photographie, architecture, musique…). Le futur passe assurément par l’apprentissage du développement informatique : pour les enfants, pour les adultes, pour tous. Et de décrire les solutions existantes, universités, cours en ligne, groupes de travail, coderdojo… Pamela conclu en donnant un chalenge à tous les participants : cette année, apprendre à une personne à coder ! => Teach the World to Code…

Mon bilan

En conclusion, je ne regrette pas du tout de m’être levé tôt pour cette journée ! 😉 Ça en valait assurément le coup : Journée dense avec de très bons speech, qui m’ont permis d’élargir mon horizon, de découvrir les méthodologies agiles et d’avoir des idées à appliquer ! Ça fait du bien de rencontrer des passionnés ! D’oublier pour un jour le quotidien et de rêver à un futur différent… Bref, une bonne cure, qui devrait être remboursée par la secu ! 😉 Encore bravo à l’orga (vraiment bien organisé), aux speakers pour la qualité des sessions et aux participants pour avoir participé…

Gardez moi une place pour l’année prochaine pour Mix-It 2013 ! J’y serais !

Advertisements
 
1 commentaire

Publié par le 28 avril 2012 dans Conférence

 

Étiquettes : , , , , ,

Une réponse à “Mix-IT 2012

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s